LA CHAMBRE D’ISABELLA
L’émotion sous toutes ses formes

La Chambre d’Isabella est un trésor artistique qui traverse le temps, et avec elle, toujours le même lot d’émotions et d’enthousiasme vivifiant. Créée en 2004, la pièce iconique de Jan Lauwers continue sa tournée mondiale et rencontre une nouvelle fois un public unanimement conquis. La salle est debout, à fleur de peau et pourtant emplie d’une joie palpable. C’est un cri d’amour de la salle à la scène, et inversement. La Chambre d’Isabella est un spectacle profondément humain. Un reflet particulièrement juste de la vie, celle d’Isabella, des personnes qui ont fait son existence, de celle de n’importe quel spectateur. Un condensé intense d’émotions contradictoires et complémentaires, aussi terribles que sublimes, une ode à la vie où le malheur et le bonheur ne font plus qu’un.

Isabella est une femme de 94 ans, aveugle, ou presque. Elle retourne seule, ou presque, dans cette chambre où se rassemblent des objets d’art africain, tous légués par son père. Mémoire de son père qu’elle n’a pas connu, ce « prince du désert », ou mémoires de sa vie, incrustées en chacun d’eux. Ils sont sa vie, comme une extension de son corps. Seule ? Non ! Pour ce dernier inventaire, Isabelle a convoqué autour d’elle tous les personnages de sa vie, de son corps, de ses sentiments. Tout ce qui se retrouve au plus profond d’elle. Ses parents adoptifs (ou presque), ses amants, la partie droite de son cerveau, sa libido, la partie gauche de son cerveau… Une liste de fantôme et d’incarnations d’elle-même, qui vont nous emmener dans un voyage sensoriel de sa vie. Et ceci pendant près d’un siècle ! Les scènes se déroulent, année par année, et offrent une vision kaléidoscopique de ses récits de vie. Les strates de compréhension sont aussi variées que complexes, un spectacle époustouflant aux multiples dimensions.

L’identité artistique de Jan Lauwers est représentée ici dans sa forme la plus accomplie. Le metteur en scène converge les arts dans une forme pluridisciplinaire qui n’est jamais laissée au hasard. Tout a un sens, tout fait sens ! Les scènes de danse, en parallèle des scènes jouées ou encore des récits, permettent d’atteindre l’intimité même du personnage. Le spectateur est invité à entrer dans le système organique et sensoriel d’Isabella. La performance de Viviane De Muynck est toujours aussi impressionnante. Son interprétation est pleine de vérité, de sincérité chaleureuse, d’une force de simplicité qui hypnotise et fascine. Une mise en scène audacieuse et accomplie qui se libère de la complexité de sa forme par un humour, et surtout une légèreté, irrésistible. On ne sait si l’on doit fondre en larmes ou crier de joie. La seule certitude est que l’on vient de vivre ensemble un moment rare et unique.

About the author